mardi 10 septembre 2013

À se comparer, on ne se console pas.


Petite zénitude du matin.   Voilà que je réalise que de prendre la décision de travailler seulement 4 jours par semaines,  c'est la meilleure chose qui pouvait m'arriver depuis longtemps.   Donc,  me voilà en congé en ce pluvieux mardi matin. 

Routine oblige en me levant:  passer à la salle de bains, monter sur la balance,  et me faire un café.  Routine indélogeable,  peu importe le jour de la semaine.   Après ca, tout est selon l'horaire.   Mais aujourd'hui puisque je suis en congé,  j'ai le temps de prendre le temps. 

Depuis que j'écris pour Boucle Magazine,  j'ai eu l'occasion de parler à des personnes extraordinaires,  qui ont un cheminement tout aussi extraordinaire.   Des gens qui avaient à perdre 25, 50, 100, 150,  200 livres,   et qui ont atteint leur but.   Et je dirais que j'envie ces personnes qui ont l'air de n'avoir jamais eu de failles dans leur cheminement.  Comme si ca avait été tout simple juste parce qu'ils ont eu de la motivation.    En fait je ne suis pas jalouse.  C'est un questionnement sain, et la comparaison fait parti de l'humain depuis la nuit des temps.   Alors je me questionne,  et je me compare.  Et parfois ca me démoralise.  Parfois.

Il me reste 38.4 livres à perdre pour arriver à l'Ultime.  Comparé à 125 livres du départ, j'ai le 3/4 du chemin de fait.  Et je suis très très fière de moi. Mais j'aimerais dont ca être capable de perdre les dernières 38 qui restent! On dirait que chacune de ces livres s'accrochent désespérément à moi (surtout à mes fesses),  et ne veulent pas me quitter!

Je ne suis pas une personne qui se donne des excuses pour ne pas arriver à son but.  Je suis même très dure avec moi même.  Mais pour une fois dans ma vie,  je sens que je dois m'écouter.  Je relis ma lettre à moi même,  et je sens que c'est MOI qui faut que j'écoute.  Que j'accepte d'avoir mes limites.  Que j'accepte que j'aime beaucoup trop la nourriture,  et que mon succès se fera sur les choix que je ferai et non la privation.

Et c'est là,   ici,  que je réalise que c'est moi qui est gagnante d'avoir compris que la seule personne à qui je peux me comparer c'est moi même.  Que je ne peux plus me comparer à la fille que j'étais au début de cette aventure,  parce que je ne suis plus celle là.  

Au début de mon cheminement,   j'avais dit à mon chum de l'époque:  Je suis une larve,  mais check moi bien,  je vais me transformer en papillon!    

Je sens que mon seul point de repère,  c'est la personne que j'étais hier.  Parce qu'à se comparer,  on ne se console pas.  Je ne sens pas que je suis meilleure ou pire que quelqu'un.  Ce genre de débat ne m'intéresse pas.  

Ce qui m'intéresse c'est ma bataille à moi.  Et je veux seulement être meilleure que hier.   Et viendra ce jour où je serai le papillon que j'ai envie d'être!

5 commentaires:

Femmeuse a dit…

C'est par hasard que j'ai découvert ton blog. Le croirais-tu si je l'ai lu pratiquement d'une seule traite? Depuis quelques jours donc, me voilà plongée dans ton quotidien. Je m'y suis reconnue... tellement! Bref... ton récit arrive à un bon moment puisque je suis dans une de mes phases de remise en forme. :-) Il y a quelques années j'ai dépassé le 300 livres (301 précisémment)et depuis je me tiens la plupart du temps autour de 200 avec une pointe à 163 (il y a 2 ans). Tout comme toi, j'ai besoin de me fixer des objectifs,de bien m'outiller et de planifier. Je constate que la montre Polar semble être un bon outil de motivation. Je vais magasiner. J'avoue que l'idée d'une ceinture abdominale me refroidi un peu. C'est pas un peu gossant?

Merci encore de la générosité dont tu fais preuve en partageant ton quotidien, tes défis, tes moments difficiles et surtout tes victoires.

Isabelle a dit…

J'aime beaucoup lire tes billets, toute ton énergie positive ça me donne de la force pour avancer dans les hauts et les bas... Merci!

Dave a dit…

Si tu te trouves dur envers toi-même, je trouve quand même que tu prends bien soin de toi, en te priorisant toi. C'est vrai qu'il ne faut pas se comparer aux autres. S'inspirer d'eux oui, mais pas se comparer. Quand on lis tout ton blogue (j'ai fait ça aussi il y a quelques jours), on remarque que ce qui est inspirant chez toi, c'est ton authenticité, justement parce que tu ne te cherches pas d'excuses. Comme je te l'ai déjà dit ailleurs, c'est ça qui est inspirant chez toi! :)

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je suis nutritionniste et je suis votre parcours impressionnant depuis qques temps déjà. Je trouve intéressant que vous montrez autant vos « up » que vos « down » pour démontrer que le parcours est une montagne russe.
Il y a une notion que je trouve importante de discuter lors d’une démarche de perte de poids et ce, autant au début qu’en cours de route : la notion de poids naturel. Pour être claire, ce n’est pas du tout parce que je juge votre objectif de poids, c’est une notion que je discute souvent et qui selon moi est utile à tous. J’en vois en tout cas les bénéfices.

Plusieurs gens qui veulent perdre du poids se fixent un objectif de poids souhaitable/visé et parfois ce poids visé est en contradiction avec le poids naturel. Le poids naturel est celui vers lequel le corps en raison de son histoire va toujours tendre, celui où il va y avoir un équilibre pour la personne qui va le maintenir sans devoir faire des privations extrêmes ou de l’exercice physique à outrance et surtout qui va atteindre aussi un équilibre psychologique. Ce poids naturel peut parfois même se situer au-dessus du poids santé. Parfois le poids visé est inatteignable ou demande des efforts surhumains pour le maintenir. Il est donc important de se questionner parfois sur les objectifs en fonction de la réponse de notre corps et de notre bien-être émotionnel, et ce n’est pas toujours facile… Tant mieux si le poids visé est en accord avec le poids naturel, ça arrive aussi.

Lorsque des médicaments apportent une prise de poids, certains vont les cesser ce qui amène d’autres problèmes plus dérangeants et nuisent bcp plus que de travailler à accepter cette prise de poids qui en général suite à un ajustement de dosage n’est pas trop importante et vient avec le soulagement d’autres problématiques. L’équilibre c’est cela aussi. Je ne prétends pas me prononcer sur vos objectifs de poids, ce qui se détermine souvent en cours de route selon les réactions du corps et de la tête, mais je crois que d’avoir en tête cette notion et d’y réfléchir en cours de route peut être bénéfique pour tous ceux qui sont dans une démarche de perte de poids. Cela peut éviter parfois de frapper un mur au final qui peut entraîner une détresse importante chez certaines personnes et empêche de profiter du chemin parcouru. La perte de touche tellement d’aspects autant physiques qu’émotionnels ! Cette notion de poids naturel est parfois peu acceptée, car pour certain représente un moyen de justifier le manque d’effort ou la paresse, mais en pratique on voit réellement que ce poids naturel est présent. Peu importe jusqu’où vous mène votre démarche, je vous souhaite qu’elle amène un réel bien-être autant physique que émotionnel. Bravo pour le chemin parcouru!!



Petites ressources intéressantes :

Vidéos de Muula : http://muula.ca/videos/ sur des sujets variés touchant le poids et le corps ainsi que les émotions

http://www.anebquebec.com/blogue/2012/07/10/il-etait-une-fois-lhistoire-du-poids-naturel/#more-483

http://www.amazon.ca/Miroir-miroir-fais-souffrir-nourriture/dp/2764020155/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1379178595&sr=8-1&keywords=josee+gu%C3%A9rin

http://muula.ca/livres/

Warrior a dit…

@ Femmeuse: la ceinture abdominale pour la Polar dérange les premières fois, mais elle ne fait pas mal, on s,habitue bien vite.

@Anonyme: Ce blogue est la première place où j'ai envie d'être honnête, et me livrer. Je ne veux plus me cacher. Ceci dit, j'ai trouvé la lecture de votre billet plus qu,intéressante.

J'avais déjà pris de l'information pour être suivie chez Muula. Malheureusement les traitements sont trop dispendieux, et pas couverts par mes assurances :(