jeudi 30 mai 2013

Syndrôme de Superwoman



Je vais vous faire une confession.  Ca fait longtemps que je garde ca pour moi,  et j'osais pas le dire.   Mais ce matin je suis prête à partager ce qui m'arrive.

Depuis le 6 février,  je suis en dépression.  Dépression nerveuse profonde.  Genre intense.

Pourquoi cette dépression? Parce que je souffre du syndrôme de Superwoman.   Performer, performer, performer,  penser aux autres,  dire oui, dire oui, remplacer, en porter sur mes épaules,  me donner des gros objectifs, me mettre de la pression.  Et pouffff!   Péter au frette!

Donc le 6 février,  je pète au frette.  Dormir 14 heures par jours,  et pleurer les 10 autres heures de la journée.  Les nerfs qui lâchent.

La docteure que j'ai rencontrée m'a fait le plus beau cadeau de ma vie: me donner le temps de prendre le temps,  et me conseiller de faire du sport.  J'étais déjà sportive avant,  mais de continuer activement le sport,  quitte à me donner un petit défi (et ca a été la Spartan).

Pourquoi le sport?  Premièrement le sport est un antidépressant naturel.  Ca m'a fait sortir de chez moi, changer les idées, j'ai pu évacuer une partie de mon stress.   Déjà ca,  ca a été la moitié de ma guérison.

Ensuite, bien fallait donner du temps au temps.  Que je me retrouve, que je dé-stresse,  que je réapprenne à me connaitre, à me faire confiance,  à me reposer.

Février et mars ont été 2 mois d'enfer.  Je ne me reconnaissais plus.  Je n'avais plus envie de rien.  Et pourtant,  je voulais pas que rien paraisse. Faire comme si tout allait bien.  Parce que c'est tabou la dépression.   De toute facon,  je voulais vivre ca avec moi même.  C'est pour ca que mes blog étaient courts.  J'avais pas beaucoup d'énergie.

Depuis avril,  je reprenais du poil de la bête.  Tranquillement. Doucement.  Le sport m'aidait à me changer les idées. En plus que je m'étais inscrite à la Spartan,  j'avais un objectif pour me soutenir.

Bien sur,  j'ai pris de la médication.   Très légère,  mais quand même. Me donner la chance à mes nerfs et à ma tête de pas "partir en fou".  Et de reprendre le dessus sur moi même.  Je voulais perdre du poids plus que ca,   mais la médication donne faim.   Ca plutôt été un combat pour ne pas manger tout ce qui avait dans le frigo tout le temps.

Aujourd'hui,  je m'en vais voir mes patrons pour mon retour graduel au travail.    Est ce que je vais mieux?  Bien sur.   Un peu fragile,  mais ca va.

Je vais être honnête.   Le sport m'a sauvée la vie.   Si j'avais pas été m’entrainer et si je m'étais pas donnée la Spartan comme objectif;   j'aurais passé mon temps à pleurer et dormir dans mon lit pendant 4 mois.  Je serais jamais en voie de guérison si j'avais pas eu ca.

Pourquoi je vous raconte ca aujourd'hui?  Je suis un peu nerveuse de retourner à mon travail.  Et en même temps,  ca va surement faire parti du cycle de guérison.

Et aussi,  d'en parler fait aussi parti de ma guérison.  Je suis fière de moi. Fière de pas avoir lâché. Fière de ce que je suis.  De ce que j'accomplis.

Et je me promets ceci:  continuer à bouger.   Parce que ca fait du bien.   Et apprendre à m'écouter.  Savoir dire non, reconnaitre que je ne peux pas toujours être une Superwoman.

Je ne suis pas Superwoman!  Et c'est très bien ainsi.

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Je me reconnais tellement dans ton cheminement oufff!!! oui ca fait du bien faire du sport!!!
On voudrait toujours etre une superwoman mais ca devient lourd a porter des fois!!!!

Anonyme a dit…

Merci d'avoir partagé cette expérience avec nous, bravo pour la spartan bel exploit.

Bon courage pour le retour au travail, le plus en douceur possible.

Anonyme a dit…

Bravo belle femme. Maintenant que tu te choisis, tu ne pourras plus jamais retourner en arrière. J'ai beaucoup, beaucoup d'admiration pour toi et je te souhaite de ne jamais te perdre de vue.

Josie a dit…

Merci d'avoir partagé ça. Merci car ça peut peut-être faire allumer quelqu'un avant d'arriver au bout du rouleau. Se prendre en main avant.

Et je me reconnais, évidemment. Ce syndrôme est clairement chez beaucoup de femmes. Efficaces, perfomantes, polyvalentes, nous sommes.

Se donner le même droit à soi qu'aux autres : dire oui ;)

Guylaine Moreau a dit…

Merci de partager et bon retour au travail en douceur.

Guylaine,

Anonyme a dit…

Bravo pour ton courage. Donne toi du temps et sois indulgente avec toi-même. Tu n'es peut-être pas Superwoman, mais tu es super tout court :)) Caroline

Anonyme a dit…

Wow , bravo pour ton parcourt. :)
Y a de quoi être très fier de toi.
Tu as su te prendre en main et réussir pour t'en sortir.
Bon retour au travail et bonne chance pour le future. ;)
Isa