dimanche 24 janvier 2010

L'influence de ma mère

Dans mon autre blog, jme demandais quelle influence on a sur nos enfants. Quand on sait tout ce que l'obésité engendre comme problèmes physiques et psychologiques, est ce qu'on ne doit pas éduquer nos enfants sur les problèmes de surpoids??

Je vas me vider les trippes devant vous. Je pense que ca va être la première vraie fois que je vais conter ca.

À 12 ans, quand je suis entrée au secondaire, j'ai bien vu que j'étais un peu plus grosse que les autres. Surtout que j'allais dans un collège privé, et tous les jeunes n'avaient que des vêtements griffés. Jme suis vite faite niaiser sur le fait que j'étais "chubby". J'étais loin d'être grosse, mais juste d'être grassouillette ca ne passait déjà plus.

Alors à 12 ans, jme suis affammée. Je ne mangeais plus. Je mettais à la poubelle les lunchs que ma mère me faisait, et je buvais un litre d'eau pour étouffer ma faim. Quand ma mère a découvert mon manège, elle m'a défendu de faire ca, et m'a fait comprendre qu'en période de croissance, il FALLAIT manger.

Alors j'ai recommencé à manger mes lunch avec mes ptites barres de chocolat, les chips, et les desserts de ma mère. En plus de me déculpabiliser pour les soupers gigantesques que ma mère nous servait.

À 15 ans, ma mère a du faire l'intervention inverse. J'avais tellement engraissé à force de me dire "je grandis = je mange" que j'avais passé la barre du 200 livres facile. Ma mère s'est alors mise à m,accuser d'ambitionner sur la bouffe, et de me négliger. 2 semaines après cette intervention, j'étais inscrite à Mincavi pour ma première diète.

Bien sur à 15 ans, on rêve d'avoir un chum, et avoir une belle robe pour son bal. Je n,avais ni un ni l,autre et je mettais ca sur le dos de mon poids. Et au lieu de bouger, je me suis appitoyée dans un statut de Victime. Ooooo Pauvre de moi, c'est parce que j'avais des gros os.

À 19 ans, ma mère en voyant que je n,avais jamais eu de chum, m'a payé un drappage mamaire pour remonter mes seins, et me faire croire que ca remonterait ma confiance en moi. Quand je suis allée pour mes examens opératoires, le docteur a trouvé une bosse dans mon sein droit. C'était un fibroadénome malin. Je suis donc passée de la chirurgie plastique au département d'oncologie en l'espace d'une semaine. Je n,ai pas eu de traitements chimiques, parce que j'ai eu une opération qui m,a enlevé ¾ de tasse de matière dans mon sein droit. oufff!

À 20 ans, avec les seins attrocement charcuttés, mes parents ont fini par me payer mon drappage et ma chirurgie reconstructive mamaire. 20 ans, on opte déjà pour la chirurgie plastique. Pas facile!

Je suis donc entrée dans le cercle des yoyos, des chirurgies, de croire aux solutions faciles, à me faire accroire qu'on peut être bien dans sa peau peu importe ce qu'on a l'air. Jme suis mentie là dessus pendant tellement d'années.

À presque 35 ans, je commence à faire le raisonnement par moi même. Je comprends maintenant ce que ma mère voulait dire, et à quel point elle se préoccuppait de moi.

J'aurais voulu par contre avoir une conscience, qu'on m,explique pourquoi ca avait autant d'importance de faire tout ca dans une vie. J'aurais voulu qu'on m'explique les conséquences d'un surplus de poids en âge jeune, pour que ca me suive durant toute ma vie.

Je n'ai pas d'enfants, je peux pas vous dire comment j,agirais avec eux. Et ca serait assez illusoir de vous dire comment je pourrais agir dans ce type de situation.

Par contre, je peux vous dire quelimpact ca a été dans ma propre vie.

Et pourquoi maintenant, je suis impliquée dans cette galère!

2 commentaires:

Josie a dit…

Wow! T'en a passé par là, bella :|

Contente qu'à 35 ans, tu ailles mieux :)

Chill-Vie a dit…

Je suis heureuse que tu puisse aujourd'hui te raconter en tout quiétude et je suis fière de toi et pour toi

xox